[joachim et ely] A Loches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[joachim et ely] A Loches

Message  Elyra le Sam 29 Oct - 19:00

Jeu 3 Mar 2011 - 2:36

Cela faisait deux jours de suite qu'elle croisait à peine son sergent et ça la peinait. Quand il n'était pas occupé c'était elle qui faisait des heures supplémentaires au Château. C'était à se demander si elle pourrait tenir la cadence sans craquer.

C'est en plein milieu de la nuit qu'elle alla enfin se coucher. Elle n'hésita pas quant à l'endroit où elle se dirigeait. Il lui manquait énormément, quand il n'était pas près d'elle, elle ressentait comme un vide permanent.

Sans un bruit elle entra dans sa tente. Lentement elle s'allongea à ses côtés et se blottit contre lui. Doucement, elle déposa un délicat baiser sur ses lèvres et frôla ses cheveux du bout de ses doigts essayant de ne pas le réveiller. L’observant longuement elle ne pu retenir une petite larme, se doutant que lorsqu'elle se réveillerait il serait parti travailler.


Jeu 3 Mar 2011 - 20:09

Johuv a écrit:La nuit était tombée depuis bien longtemps quand il alla se coucher... Éreinté, il se laissa tombé sur le lit repensant à tous ces courriers, ces rapports, et toutes ces choses qu'on lui avait demandé. Depuis l'arrivé du Capitaine assez controversé, il n'eut de repos que dans l'adversité...

Alors qu'il dormait profondément, il senti une présence qui le sorti du sommeil. Revenant suffisamment à lui pour ne pas sortir sa dague comme un réflexe, il comprit, par le délicat parfum qu'il s'agissait de la plus douce des ombres. Un baisé, une caresse, assez vague il faut avouer, il se cru encore dans son rêve.

Quelques instants plus tard, il reprit ses esprits, ouvrant doucement ses yeux. Il la reconnue. Elle. Sa jolie Elyra.
Il ne dit rien. La regardant, lui souriant, il vit la brillance d'une larme dans le clair de lune. Du pouce, il lui essuya et attira ses lèvres aux siennes. Il l'embrassa longuement.

Jeu 3 Mar 2011 - 22:20

Elle l'avait réveillé. Elle n'avait pas fait exprès, mais au fond elle était contente de pouvoir passer un petit moment avec lui ailleurs que dans leurs songes. Elle le regarda ouvrir les yeux doucement et lui sourire. Un sourire qui la faisait fondre comme la neige au soleil.

Il l'embrassa longuement et Ely répondit à son baiser passionnément. Elle le serra contre elle très fort, comme si elle ne voulait plus le lâcher et le garder ainsi près d'elle pour toujours. Elle hésita entre lui parler un peu ou juste le câliner. Il y avait plein de choses sur lesquelles elle aurait voulu discuter. Finalement, se disant qu'il devait être aussi fatigué qu'elle après sa dure journée, elle préféra l'embrasser tendrement se pressant doucement contre lui.


Ven 4 Mar 2011 - 13:11

Johuv a écrit:Ce baisé, Joachim en avait rêvé ces derniers jours. Il ne pu y mettre fin. Ely, collée à lui lui donné ce sentiment d'être utile pour une fois. D'être vivant. L'idée de partager la même couche lui avait nombres de fois traversé l'esprit mais il n'en connaissait pas les limites. Ely était plus pieuse encore que lui, pourtant il allait parfois à l'église. Elle avait des projets bibliques. L'envie de lui appartenir ne serait-ce qu'une nuit... non, il l'embrassait, la caressait, encore et encore.

Ven 4 Mar 2011 - 22:51

Ce moment dans ses bras elle l'avait attendu depuis tant de jours... Elle avait besoin de lui, besoin de décompresser. Elle avait l'impression de travailler en permanence. Même la nuit elle rêvait à ses articles. Une semaine elle était prise par les préparatifs d'une fête, l'autre par son journal. Mais elle n'avait qu'une envie, celle d'être avec lui. Seul dans ses bras elle se sentait vraiment bien, seul contre lui elle pouvait se reposer et être heureuse.

Sous ses caresses, son baiser ardent, elle jubilait. Si elle avait un peu froid avant de le rejoindre, à présent elle était irradiée par sa chaleur. A moins qu'elle ne s'endorme bêtement à son bureau, elle viendrait le rejoindre chaque nuit car si ses jours étaient consacrés à la Touraine, ses nuits n'appartiendraient qu'à lui, à commencer par celle-ci.

Elle répondit à ses caresses par des caresses, entremêlant ses jambes aux siennes, comme pour se coller à lui le plus possible, sans jamais cesser de l'embrasser.


Sam 5 Mar 2011 - 1:05

Johuv a écrit:A rien. Il ne pensait plus à rien. Il était là avec elle. Il ne vivait plus que pour elle. Son désir le brûlait au plus profond. A cet instant, son bureau, ses papiers, ses fonctions, tout était loin. Très loin. Sa main caressait sa joue, sa nuque, son dos, parcourait sa cuisse pendant que ses lèvres ne quittait plus les siennes. Ce feu ardent qui lui chauffait le ventre lui faisait perdre la raison. Il s'abandonnait totalement.

Sa bouche commençait à s'attarder vers le menton, puis allait rejoindre l'oreille, le lobe, en passant par son cou. Sa main gauche tenait sa nuque pendant que la droite la tenait contre lui. Il n'avait plus aucun contrôle, comme hypnotisé par le corps de sa compagne. Il la désirait comme jamais. En laissant parler son coté animal, il rabattit doucement la couverture sur leur deux corps qui ne faisaient plus qu'un sans jamais décoller ses lèvres de sa peau..

Mar 8 Mar 2011 - 0:09

Partout où il passait sa main, la peau d'Ely s'embrasait et laissait comme résidu de doux frissons au passage de ses doigts.

Elle l'embrassait continuellement, fougueusement, et lorsqu'il quittait ses lèvres pour une autre partie de sa peau, elle déposait les siennes le long de sa gorge, le caressant de temps à autre du bout de sa langue.

Sa raison l'avait totalement abandonnée pour ne laisser place qu'à sa passion et au désir qu'elle avait de lui. Elle le tenait fermement contre elle se frottant légèrement contre lui, emprisonnant ses jambes avec les siennes. Du bout des doigts, elle vint lui caresser les hanches jusqu'à se faufiler sur son irrésistible postérieur...


Mar 8 Mar 2011 - 14:52

Johuv a écrit:La fougue de ses baisés rendait impossible le moindre retour en arrière. De toute façon, il en avait aucunement l'intention et encore moins l'idée..

Il fini par la regarder dans les yeux en lui caressant le visage éclairé par la lueur des braises recueillies dans le trépied de la tente. Dehors pas un bruit si ce n'est celui du crépitement du feu de camps qui réchauffait les soldats de garde et le vent qui essayait d'entrer au sein de leur union.

Joachim écoutait la respiration de la belle. Son attention se fixa ensuite sur le battement du coeur que dénonçait la veine jugulaire. Il embrassa ces battements saguins puis lui frola les lèvres du le bout des siennes et commença à lui enlever les lacets qui maintenaient fermée la chemise réglementaire et doucement lui enleva. Quand il sentait un frémissement, il l'embrassait. Il la caressait encore et encore quand à son tour elle le déshabilla.

Nulle autre nuit n'était comparable à celle-ci. Je crois que longtemps après, si on lui demandait, il en pourrait raconter les moindres secondes si peut qu'il le veuille.
A ce môment, même le vent et les crépittement se sont tus. Dans la tente plus rien n'existait. A croire que le très haut lui même avait arrété le temps pour qu'ils aient enfin un môment de bonheur, de complicité et d'intimité pour eux seuls.

Joachim lui enleva avec lenteurs le reste de ses vêtements sans jamais la quitter du regard. Il embrassait au fur et à mesure la moindre parcelle de peau ainsi découverte, reveillant parfois un sursaut ou deux.
Il était brûlant.

Mar 8 Mar 2011 - 18:17

Il avait commencé à la dévêtir. Elle l'avait imité mais ne pouvait qu'aller lentement dans son entreprise. Il embrassait la moindre parcelle de sa peau qu'il dénudait et elle en frémissait presque à chaque fois. Il lui faisait perdre la tête et elle en avait presque du mal à se concentrer sur autre chose que le moindre de ses gestes, le moindre de ses baisers et caresses.

Il était doux avec elle, se montrait patient et rassurant. Elle lui en était reconnaissante. Depuis toujours elle avait toujours eut peur de la vie de couple et de tout ce qu'un tel engagement signifiait. Elle espérait au plus profond d'elle même qu'il serait celui qui saurait lui redonner confiance et lui ôter ses peurs.

Lorsqu'elle fut totalement nue sous ses doigts elle reprit ce qu'elle avait commencé et lui ôta tout ce qu'il pouvait avoir gardé sur lui en se couchant. Longuement, elle le caressa, appréciant ses formes de par le toucher, sans le quitter du regard. Dès qu'elle l'eut libéré du dernier bout de tissu, elle se pressa tout contre lui laissant échapper un petit gémissement. Jamais ils n'avaient été aussi proche, aussi intimes... Elle frémit, son corps entier brûlant de désir le réclamait en elle.


Mer 9 Mar 2011 - 17:56

Johuv a écrit:C'était sa première fois. Il était de ceux qui traitaient les femmes avec respect, pour leur égales en bien des domaines. Il ne s'était jamais attardé à des rencontres personnelles. Là encore, ce fut la première fois. Le destin avait prévu des choses pour lui. Sa première blessure grâve, la rencontre de cette femme, ce sentiment particulier, tout était forcement lié.

Il se souvient encore de cette jolie blonde en taverne à laquelle il fut attiré par de simples paroles, puis de cette journée si parfaite au doux goût acidulé de son baisé sur la joue. Il se souvient encore de cette accueil aux couleurs de terre et d'herbe sur les fondations d'une salle des fêtes.

C'était son premier vrai baisé, son premier courrier si personnel, son premier amour.
Avec elle dans ce lit, il était... lui.

Il lui fit l'amour avec douceur, avec attention, avec fermeté. Il lui fit l'amour avec virilité et compation. Les deux corps transpirants pouvaient voir venir le Dies Irae. Plus rien n'avait plus d'importance qu'elle. Elle, cette femme aux cheveux blonds. Cette femme qui se cambrait sous son corps. Cette femme répondant au doux prénom d'Elyra.

Sur la paillasse qui leur servait de monde, ruisselant par les ébats, Joachim s'allongea sur le coté.
Il ne se posait pas de question sur l'avenir, il se disait que le très haut savait ce qu'il faisait.
Il venait de toucher le ciel. il ne voulait plus que celà s'arrete. Il la regardait sans rien dire. Il la regardait en la caressant. Il la regardait en l'aimant. *Que pense-t-elle ?* Collé à elle, la moindre parcelle commune était un véritable trésor. *Et si demain je n'étais plus, je resterais à toi, tant que tu te souviendras de cette nuit.*

Il était maintenant sur le dos, son bras enroulait son amante comme pour empêcher qu'elle ne s'éloigne. Son esprit revint à lui. *Et si elle n'avait pas envie, si elle ne voulait pas ce qui est arrivé, et si...*

_________________
avatar
Elyra
Squatte le canapé

Féminin Messages : 224
Date d'inscription : 20/03/2011
Localisation : Touraine

Voir le profil de l'utilisateur http://organza.forumactif.name

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum